L'herboriste Anaïs Kerhoas s'associe avec La Maison Hubert

A première vue, Anaïs semble timide et fragile.

Pourtant, quelques secondes passées à l’écouter suffisent pour comprendre qu’elle est une autre: une conquérante sur un pied de guerre, prête au combat.

Ce dernier commence en 2011 lorsque la jeune fille de 21 ans décide de quitter la vie urbaine afin de devenir une agricultrice à plein temps. Une paysanne, une vraie, avec les mains dans la terre. Un genre ancien qu’on pensait en voie d'extinction. Sa passion: les plantes et les herbes.

Elle renonce ainsi à son confort de citadine, puis acquiert un bout de terrain au fin fond de la Bretagne près de Saint-Malo.

 

Sa ferme n’a ni électricité ni chauffage. Imaginez: mercredi 16 novembre, Il est 5h du matin. Il fait nuit et très froid en sa demeure. L’unique source de chaleur est la flamme de sa gazinière qui chauffe son café.

Avec son jeans usé et son manteau de laine, Anaïs s'apprête à saluer ses plantes.

La journée sera sans pause: il faut ramasser, désherber, trier, et mettre en réserve.

C’est ainsi qu'elle passe dix heures accroupie dans ses champs à choyer ses herbes, passionnément.

À l’ère de l’industrie agroalimentaire et à l’heure des produits transformés, ce mode de production est d’une authenticité rare...

Cinquante types de plantes sont cultivées sur son terrain de jeu.

Anaïs connaît chaque espèce mieux que quiconque en France. Certaines de ces plantes aromatiques détiennent des propriétés médicinales datant de plusieurs siècles. Elles sont ainsi excellentes pour la santé.

De plus, leur goût est exquis, et sont souvent utilisées pour la haute gastronomie.

Puis en 2014, sa vie est bousculée par la diffusion d’un documentaire qui générera des millions de vues. Héroïne de sa propre histoire, les longs combats et le courage d'Anaïs Kerhoas émeuvent la France. À ses côtés se tient le chef ex-triplement étoilé Olivier Roellinger, maître incontesté des épices qui deviendra l’un de ses loyaux clients.

Après tant d’années de sacrifices et de déboires, les ventes d’herbes aromatiques se sont envolées. La demande est même devenue supérieure à l’offre.

Nous devions rencontrer Anaïs: l'authenticité et la rarissime qualité de ses produits s’harmonisent parfaitement avec la philosophie de La Maison Hubert: l'exceptionnel ou rien.

Nous lui avons ainsi rendu visite sur ses terres Bretonnes. Quelques mois plus tard, Anaïs devenait la partenaire herboriste de La Maison Hubert.

Frêle, mais solide comme un roc, Anaïs Kerhoas est l’héroïne des plantes et des herbes. Vivre ainsi sans le confort de la vie moderne demeure singulier, même si elle affirme vouloir rester “une simple fille de la campagne”.

D’ailleur, elle reçut un jour le conseil d’un homme à priori mal averti:

“ T’es une nana, t’es jeune, tu viens de la ville, et en plus t’es mignonne. T’as rien a faire ici, tu devrais aller faire des confitures!”

C’est avec un petit sourire qu’elle raconte cette anecdote, en ajoutant:

“Je n’ai jamais fait de confiture de ma vie, et c’est pas demain la veille que je m'y mettrai! rien que pour énerver ce crétin jamais je ne plierais.”

Il est vrai que dans le monde de l’agriculture dominé par les hommes, l’approche d’Anaïs est anticonformiste et génère parfois sarcasmes et suffisances.

Adoptant un mode de vie plutôt sédentaire, Anaïs aime passer son temps au milieu du champs à  couver ses plantes pendant neuf mois de l'année. Faire pousser des plantes artisanales pour ses tisanes, graine par graine, en utilisant les techniques du tout à la main, la comble de bonheur.

“Ce qui compte, c’est de faire plaisir à mes clients. C’est une histoire d’amour et de labeur. La récompense s'est fait attendre au départ. Puis après les premier succès, la demande a augmentée et j’ai ainsi compris que j’avais trouvé la bonne formule. Ca m’a donné confiance pour continuer.”

Le temps venu, elle récolte ses plantes, les dépose dans de grands sacs en papier, et les emmène sécher dans sa caravane. Elle envoie ensuite les commandes de tisanes en France et en Europe, attendus par ses clients devenus nombreux et réguliers.

D’ailleurs, un mélange d’herbes à spécialement été créé pour La Maison Hubert, à l’occasion de notre événement Carpe Diem de mars dernier à Genève: Anaïs rencontrait alors nos chefs et un petit groupe de clients privilégiés. Ils venaient découvrir les produits du terroir puis écoutaient les histoires, celles qu’on raconte aux enfants avant d’aller au lit.

Ces instants furent emprunts de magie.


Les tisanes d'Anaïs Kerhoas conçues et produites exclusivement pour La Maison Hubert sont proposées sur notre boutique en ligne à commencer par les tisanes La Belle des Bois et Infuse-moi:

La Maison Hubert